3/26/2011

A Clash of King — critique envieuse


Je n’ai pas attendu très longtemps avant de me précipiter au Chapters pour acheter A Clash of Kings, la suite de A Game of Throne. Le piège à suspens était bien tendu, il faut dire. Situations frustrantes, conflits nombreux, incertitudes à toutes les fins de chapitres, personnages attachants... Tous les ingrédients de la recette étaient là, et je suis tombé dans le panneau.

Mais ce serait malhonnête de résumer A Game of Throne (ou sa suite) à une recette bien appliquée. Les romans vont beaucoup plus loin, nous présentant un univers fascinant et cohérent. Chaque aspect du roman est d’une profondeur insondable.
Si la recette de cette deuxième partie est la même que celle du premier, le récit est en revanche bien différent. Alors que le premier tome reposait sur les intrigues et les cachoteries, le second ajoute les batailles et les assassinats (bon, le premier en avait aussi, mais beaucoup moins).

Si le fantastique était presque absent du premier tome, il revient graduellement à travers le deuxième livre. D’abord par la présence d’une comette rouge sang dont la forme évoque une épée, signe que chaque parti interprète à sa manière. Ensuite par les dragons de Dænarys, dont l’influence s’exerce même sur les alchimiste de King Landing. Par Bran et son frère Jon également, dont le troisième œil commence à s’ouvrir et qui arrivent à posséder leurs loups, voir et sentir le monde à travers eux. Par l’action maléfique d’une inquiétante prêtresse rouge et son culte d’un dieu unique et jaloux. Enfin, par les forces redoutables qui se rassemblent au nord, prêtes à fondre sur les sept royaumes, et face à laquelle seule une poignée d’homme se dresse. On constate alors avec plaisir que Martin nous propose un monde où la magie réapparaît, plutôt que celui ou elle disparaît (cliché tristounet emprunté par les imitateurs de Tolkien).

On notera un nouveau personnage point de vue, Davos, personnage intéressant que sa loyauté inébranlable le fait témoin impuissant des dérives de son roi.
Il y a certes quelques aspects que j’ai moins appréciés. D’une part, Martin abuse toujours des séquences de rêves. Si certaines sont importantes (les rêves où Bran devient un loup, ou les rares rêves prémonitoires), elles sont généralement inutiles, et toujours longues. À cela s’ajoute l’interminable (un chapitre presque entier)séquence hallucinatoire de Dænaris, à laquelle je n’ai personnellement rien compris.

La recette, efficace, est responsable de quelques incohérences légères. Parfois, un chapitre se termine par un coup de théâtre difficile à croire, et qui n’a d’autre fonction que de terminer le chapitre sur un coup de théâtre. On apprendra plus tard que c’était une erreur d’un des personnage, que la réalité est tout autre, et l’écrivain perd de précieuses lignes à justifier ce retour forcé à la réalité. Hum! Il faudrait peut-être ne pas abuser de la recette à suspense, George.

Aucun commentaire: