Vampires

Plusieurs de mes projets littéraires concernent les vampires. Je réfléchis depuis plusieurs années sur ces personnages fascinants, au point de leur créer un véritable univers.

Plusieurs des billets de ce blogue exposent mes réflexions au sujet des vampires lorsqu’ils sont utilisés en fiction. Ces articles n’ont rien d’encyclopédiques et je n’ai aucune prétention académique. Il s’agit simplement d’un exposé de mes réflexion durant ma démarche d’écriture.

  • L’heure de choix. De quelles forces et faiblesses doter les vampires d’une histoire? Ce premier article de la série traite entre autres de l’immortalité des vampires et de la vulnérabilité au soleil.
  • Sang et autres nourritures. Les vampirent boivent du sang, c’est bien connu. Mais peuvent-ils manger et boire?
  • Les métamorphoses du vampire. Jadis, on attribuait aux vampires la possibilité de se transformer en animaux de toutes sortes. Loups, hiboux, araignées et, plus tard, chauves-souris. La forme de brume était leur moyen d’évasion favori. Qu’impliquent dans une histoire de tels pouvoirs?
  • Vampires et religion : croix et autres objets repoussants. Il n’est pas rare que les vampires soient repoussés par la croix. Sont-ils de nature démoniaque? Est-ce la preuve que le christianisme est la seule vraie foi? En quoi les vampires sont-ils menaçants si un simple bout de bois suffit pour s’en préserver?
  • Force et vitesse de vampires : Superman a la dent longue. Les vampires ont toujours été décrits comme plus forts et plus rapides que les mortels, mais ils deviennent de plus en plus Kryptoniens. Est-ce que les auteurs n’exagèrent pas un peu? Diverses réflexion sur la force et la vitesse des vampires.
  • Vampires: sur invitation seulement. Souvent, les vampires ne peuvent entrer dans la demeure d’un mortel sans y avoir été invité. Quelles sont les conséquences sur un univers imaginaire d’une telle loi?
  • Vampires, morts ou vif? Les vampires étaient traditionnellement des morts-vivants, mais ils deviennent de plus en plus des mutants, des vivants infectés ou même des extra-terrestres! Un auteur doit décider d’emblée dans quel camp sont ses personnages. En quoi ce choix influence-t-il l’histoire?
  • Vampires et autoréférence. Les vampires sont si présents dans notre culture qu’il devient difficile de créer un univers de fantasy urbaine sans que les vampires y soient connus aussi. Comment les vampires réagissent-ils à leur propre légende? SOnt-ils responsables de leur propre popularité? Les mensonges qu’on raconte sur eux les foutent-ils en rogne, ou au contraires sont-ils leur création, un écran de fumée commode?
  • L’influence du vampire. Les vampires sont souvent dotés de pouvoirs mystérieux leur permettant de soumettre les mortels à leur volonté. Quelle est la nature de ces pouvoirs? Comment ces pouvoirs fonctionnent-ils?
  • Vampires, jeunes et vieux traite de l’âge apparent des vampires de fiction. Pourquoi toujours des jeunes? Est-ce un choix qui se défend?
  • Des manières de tuer un vampire. QUelles sont les manières de détruire les vampires à travers la fiction, et l’impact sur l’histoire elle même.