6/12/2011

L’athéisme n’est pas une religion

Depuis des années, depuis que je m’intéresse à l’actualité en fait, j’ai assisté à la lutte constante des néo-cons pour une société moins juste. On a beau croire ce que l’on veut, bataille après bataille, ils sont en train de gagner la guerre. Bien sûr, les politiciens reculent lorsqu’il s’agit de privatiser la santé en entier, ce qui ne les empêche pas de le faire morceau par morceau, ce qui fait que nous bénéficions déjà d’un système de santé à deux vitesses. Bien sûr, nous avons encore quelques programmes sociaux, mais ils sont battus en brèche, rognés année après année.

Les néo-cons n’ont pas encore gagné la guerre, mais ils font des progrès, et ils le savent. Ce qui fait qu’ils peuvent maintenant attaquer sur de nouveaux terrains.

Voici l’arrivée de la droite religieuse

La tactique favorite des néo-cons est de répéter toujours les mêmes mensonges, jusqu’à ce qu’ils soient acceptés plus ou moins comme des éveidences. Les exemples sont nombreux : les riches sont riches parce qu’ils sont plus doués et travaillent plus (alors qu’ils provoquent des crises et des faillites dès qu’on leur donne un peu de corde), baissez leurs impôts et ils créeront des emplois (toutes les expériences en ce sens prouvent que c’est le contraire), la privtisation diminue les coûts (encore une fois, c’est chaque fois l’inverse).

Je ne sais pas si à cause du petit succès qu’avait remporté l’ADQ est exumant la haine religieuse dans le faux débat des «accomodements raisonnables» ou de la victoire des conservateurs grâce au ROC, mais les voilè qui appliquent cette tactique à la religion maintenant. Leur credo cette fois : la laïcité serait en fait une prêche de l’athéisme. Apprendre aux enfant qu’il existe plusieurs religions comme dans le cours d’éthique et culture religieuse serait faire la promotion de l’athéisme. Ne pas entamer les séances municipales par une prière n’est pas respecter la conscience des citoyen (qui ont le droit que leur appareil d’état soit neutre) mais «faire une prière athéiste» selon le coloré maire de Saguenay.

Rien que de très normal au pays de la mauvaise foi. Pour une raison ou une autre, les religieux savent que la graine ne risque de prendre que si les enfants sont endoctrinés dès le plus bas âge.

Ce qui m’a fait tiquer, c’est de constater que l’Institut Économique de Montréal, centrale des néo-cons dans notre coin de pays, est embarqué dans le bateau de la droite religieuse, alors que ses sévices s’appliquaient jusqu’à maintenant uniquement à l’économie (pour, pourvu que personne n’en profite) et l’environnement (l’homme contre la nature: la victoire est proche).

Son organe officiel au Journal de Montréal (torchon néo-con disponible gratuitement un peu partout), Nathalie Elgrably-Lévi, vient de pondre un de ses brûlots mal argumentés comme elle a chié des tonnes. Et l’IEM le relaie fièrement sur son site. C’est juste ici.

Toute l’architecture de ce château de carte repose sur un seul argument fallacieux: une garderie sans religion n’est pas une garderie neutre, mais une garderie qui fait la promotion de l’athéisme. Bien sûr, c’est faux, bien sûr, c’est ridicule, bien sûr, ça ne convaincra personne. Mais, justement, ils n’ont besoin de convaincre personne. Les néo-cons n’ont qu’à battre le rappel de leur base, qui vont massivement voter. La désillusion et la division de la gauche fait le reste. C’est ce qui ce qui a donné le pouvoir à Bush, malgré ses handicaps évidents, et c’est ce qui a donné sa majorité à Harpeur, pourtant avec la minorité des voix.

Ils n’ont plus qu’à répéter à l’envie que l’absence de religion de la place publique est en fait subventionner la promotion de l’athéisme.

Promotion de l’athéisme, vraiment?

Rappelons les faits: des garderies subventionnées utilisaient leur temps pour enseigner l’islam aux enfants. À sa face même, c’était un scandale qui devait cesser. Allah est grand, il devrait se débrouiller tout seul. Les garderies ont cessé. Les éducatrices ont-elles alors commencé à eneigner qu’allah n’existe pas, que c’est de la foutaise et que la religion est un vestige des temps passés? Non, bien sûr. Donc, les garderies ne font pas la promotion de l’athéisme.

Je ne crois d’ailleurs pas que ce devrait être le cas. Même si je fais partie de ces gens qui, comme Nathalie le prétends avec sa condescendance habituelle, «un profond dégoût pour la religion». Laissons donc un peu les enfants en paix.

L’athéisme n’est pas une religion

Qu’est-ce que l’athéisme? Simplement le revendication du droit de penser par soi-même, le droit de chercher la vérité par soi-même, le droit aussi à une morale basée sur la compassion et la solidarité plutôt ques des dictats de l’âge de bronze.

L’athéisme n’est pas une doctrine. Il n’a pas de principes, d’idéologie, de mythologie: c’est simplement l’état naturel de celui qui n’a pas été endoctriné par une de nombreuses religions aux principes contradictoires qui se battent pour le monde et les conscience. Peut-être que l’endoctrinement n’a pas pris. Ou peut-être que le simple fait de pouvoir être athée sans conséquences graves a permis aux esprits libres de s’exprimer davantage.

Qui donc fait la promotion de l’athéisme? Pas grand monde, malheureusement. Ceux qui pourraient le faire sont comme tous ceux qui luttent contre les néo-cons: ils sont trop occupés à colmater les brèches pour avoir l’opportunité de travailler à faire progresser les choses. C’est d’ailleurs la tactique préférée des néo-cons: tenir les progressistes sur la défensive. Ainsi, il n’y a que deux options possibles: soient ils gagnent, et les néos-cons ont progressé, soit ils perdent, et rien n’a bougé.

Les athées n’ont pas d’église. Pas de publication distribuée dans le métro Pas de rituels. Pas de prêtre. Pas de déductions fiscales. Ils méprisent l’idée même du lavage de cerveau. Ils croient que leur cause va triompher si la science, l’éducation et l’égalité triomphent. Ils ont raison. Et c’est pour cela que les néo-cons ont peur. Pour cela que les attaques ont commencé. Pour cela qu’elles vont continuer.

Si nous ne réagissons pas (je m’adresse ici aux progessistes, qu’ils soient athées, boudhistes ou que sais-je), nous en viendrons à accepter des compromis avec la liberté de cosncience, comme nous en avons accepté avec les droits de scolarité, avec la santé, avec le PPP. L’étape suivante, nous la connaissons. Ce seront les obessiosn de la droite religieuse. Ce sera la répression de l’égalité sexuelle de la femme, le droit à l’avortement, les droits des homosexuels, toutes ces choses que nous pensions acquises. Tout ça a déjà commencé. Parce que la lutte des néo-cons s’étend maintenant du terrain économique à celui de la simple liberté de penser.

Mise à jour

Bill Maher cause de la question. Il est bien plus drôle que moi, alors je vous le conseille.

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Et un de plus ou un de moins, ça sentira vraiment le graillon ce jour-là.

Philippe Roy a dit...

Vous arrivez à sentir l’enfer, cher Anonyme? Vous ne devez pas en être bien loin…