2/11/2011

Le Poil de la Bête

J’ai payé pour voir ça moi?


Ce n’est pas le pire film de loup-garou que j’ai vu. Mais les autres étaient drôles au moins. Ici, scénario plat, acteurs minables ou mal dirigés, pas une réplique crédible, l’humour... certainement pas drôle. Il doit y avoir au moins une dizaine de jeux de mots avec «chienne», c’est dire l’imagination des scénaristes.

Mais ce qui m’énerve le plus, c’est la reconstitution minable de la Nouvelle France. On y voit un village constitué de dix adultes (en comptant une religieuse qui semble faire office de curé), pas un seul enfant, pas un champ cultivé, pas un animal, pas un bâtiment de ferme. Les villageois n’ont ni respect ni crainte pour la religion. Les colons vivent en pleine forêt (où sont leurs champs? de quoi vivent-ils?) et font tous leurs feux dehors pour cuire leur nourriture (ils n’ont pas de poêle?) Ils ne ferment jamais leurs portes, elles sont grandes ouvertes toute la journée. Ils ont tous les épaules voutées des enfants de la télé, rien de la vigueur qu’impose les durs travaux de colons, et ils manient leurs outils comme des enfants de la banlieue. Le seul animal du film est un rottweiler, race apparue au dix-neuvième siècle en Allemagne et introduite en Amérique du Nord dans les années trente.

Tout sent faux, sonne faux et a l’air faux.

Aucun commentaire: