5/09/2010

Dead Until Dark et True Blood

Je suis devenu récemment accro à l'excellente série True Blood, dont je me suis tapé les deux premières saisons en deux semaines (c'est ça, une semaine pour chaque saison). Je me suis donc naturellement intéressé au roman qui a inspiré la première saison, Dead Until Dark, de Charlaine Harris.

Je trouve toujours intéressant de comparer l'adaptation avec l'original. Il faut dire que c'est la première fois que je m'intéresse à une adaptation en série télévisée, qui permet bien entendu une plus large latitude qu'un simple film. La comparaison entre deux versions de la même historie pour des médias différents permet des réflexions intéressantes sur les forces et les faiblesses de chacun. Un livre, par exemple, permet une incursion plus complète dans la psychée des personnages, difficile à l'écran sans l'utilisation envahissante de la voix off. Le cinéma (ou la télévision, dans ce cas) permet de situer des univers et des ambiances rapidement, par l'image, alors que l'écrivain serait forcé d'utiliser de longues descriptions.

Il n'est pas difficile de deviner que j'apprécie énormément le travail d'adaptation qui a été réalisé pour la série. Suspense intenable, personnages secondaires très riches (plusieurs absents du roman, citons Tara et sa mère, parmi bien d'autres), peinture réaliste d'un mode où les vampires «sortent du cercueil». La série présente un aspect polico-social, une fable sur la tolérance, à peu près absente du roman, mais sous-entendue. Elle permet de plonger plus loin dans cet univers fascinant.

D'un autre côté, le roman a le mérite de présenter des vampires plus étrangers, plus froids, que la série. Il aurait sans doute été impossible pour un acteur de présenter cette froideur sans passer pour un simple cabotin sans expression. Toutefois, je remarque que le roman a un gros défaut: la narration à la première personne. J'ai toujours manié cette première personne avec d'infinies précautions, parce qu'elles apporte bien des limitations, et ne présente que rarement des avantages particuliers. Ici, cette première personne empêche de saisir les aspects variés d'une trame complexe. Enquête pour meurtres, affres amoureux, frère en perdition... la narratrice ne peut suivre le fil, et chaque partie de l'intrigue ne reçoit qu'un traitement partiel, ce qui oblige à des rattrapages à plusieurs endroits. La jeune Sookie semble oublier bien vite sa grand-mère, mais c'est obligatoire pour recentrer le récit sur sa relation étrange, qui est au cœur du récit. Difficile de s'inquiéter pour Jason, que l'on croise à peine, lorsqu'il est arrêté pour meurtre.

Je commence maintenant le deuxième tome de la série, et j'espère l'avoir terminé avant que la troisième saison n'atterrisse. Car malgré la narration au «je», cela reste la meilleure histoire de vampires que j'ai lue depuis Lost Souls, ce qui date tout de même un peu.

Aucun commentaire: