5/19/2007

The Thirst - Ou comment rater un film avec plein de sang

Je ne crois pas que mes avis cinématographiques soient très intéressant ni particulièrement pertinents. Il n'y a que deux raisons selon moi de parler d'un film sur un blogue: pour le recommander ou le déconseiller.

J'ai eu le malheur de tomber sur The Thirst cette semaine. C'était un film d'horreur à budget médiocre, principalement avec des acteurs de la télé, au classement 18+ pour horreur et érotisme, avec pour sujet les vampires et la sempiternelle soif de sang. Bref, rien pour m'arrêter.

Il y a des séries B qui n'ont rien, il faut le dire. Malgré des litres de faux sang et des centaines de paires de seins, ce film n'a rien. Dialogiues improbables, scénario crétin qui s'enlise dans les illogisme, massacres sans le moindre style aussi plats que possibles, et dénouement à se taper la tête sur les murs. Une heure et demie de pure souffrance cinématographique. Vous aimez le série B? Alors pas touche. Vous aimez le grand cinéma? Faut même pas toucher la pochette. Rien là dedans, même pas de quoi susciter un sourire.

Puisque le titre est surutilisé, je vous donne le lien vers la page imdb :

http://french.imdb.com/title/tt0490527/

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Au moins il y a des paires de nichons pour faire passer le temps ;)

La dernière nazerie que j'aie vu dans le genre est "Razorblade Smile" et je ne te le conseille pas non plus... houlàlà non alors.


Alex/Polaris

Philippe Roy a dit...

À côté de «The Thirst», Razorblade Smile ressemble à du Fellini.

À vrais dire, ma passion pour les mauvais films a commencé avec Razor Blade Smile. Il est mauvais, les acteurs semblent sortis d'une distribution de X et Lilith mérite la palme de la vampiresse la plus moche et la plus prétentieuse du cinéma. Les dialogues sont affligeants et les tentatives d'érotisme se vautrent dans la plus complète vulgarité. Les clichés se comptent à la pelle, jusqu'au bar goth avec «Bella Lugosi is Dead». Comique. Très comique. Les Illuminati et leur complot bidon me font encore rire chaque fois.

The Thirst est plus ambitieux, plus violent, plus prétentieux (si c'est possible). Il est plus vulgaire et contient beaucoup plus de nudité gratuite (je te jure). Mais il n'a n'y l'humour (volontaire ou non) ni le charme grossier de Razorblade. C'est un nul, mais un nul plat, ampoulé, lourd.

Côté cliché, les deux font aussi fort. Mais là ou Razorblade s'enmêle les pinceaux en croyant défaire les clichés, The Thirst tente de renouveler le genre, mais en arpentant des chemins connus par tous les amateurs, sans apporter quoi que ce soit de nouveau, sans profondeur et avec des chaudiérées de psychologie de bazar. On passe donc de l'analogie (grosse comme un camion) avec la dépendance aux drogues, la perte de l'humanité (et la tentative vaine de la retrouver) et les amants qui se rejoignent dans la mort (passage obligé). Le tout mal joué, mal dialogué, vu et revu.

Vous voulez des seins: film de fesses. Vous voulez du gore: film de zombie. Vous voulez un mauvais film de vampire pour rire un peu: Razorblade Smile. Mais évitez The Thirst à tout prix.

Anonyme a dit...

Aaah ouais... ben dis donc ça fait peur "The Thirst"... ça a l'air tellement naze que je me demande dans quelle mesure je ne vais pas me le procurer.

Mais en même temps je sens bien que tu n'arrives pas à détester "Razorblade Smile" parce que tu as une affection particulière pour ce dernier, parce que tu as commencé ta carrière de nanardeur (cf. nanarland.com ;) ) avec celui-là. Perso j'ai trouvé ce film plein de fausses bonnes idées mal exploitées en plus. Parfois amusant, souvent lourd.

Enfin bon on va pas en faire une thèse, même si j'ai adoré ta critique de ces merveilleux navets :)

Alex/P.

Anonyme a dit...

pourquoi pas:)