2/12/2007

Bouleversements à venir

Voilà, le Rubicon est franchi: j'ai prévenu mon patron qu'il devrait bientôt se passer de mes services, et qu'il ferait bien de chercher un nouveau graphiste. Les CV ont commencé à voler vers Montréal. Le premier juillet au plus tard, je n'aurai plus ce boulot.

Je vais donc quitter cette ville où j’ai passé les quinze dernières années pour la triste grisaille de Montréal. Grisaille où poussent tout de même la culture (et la contre-culture), l'animation et les perspectives de carrière radieuses.

La situation pouvait difficilement m'être plus favorable. Mon meilleur ami est déjà sur place et m'attend pour trouver un appartement. En aménageant avec mon ex, j'ai abandonné presque tous mes biens meubles (vieux et délabrés, pour la plupart) ce qui fait que je suis tout léger. Il aurait fallu, pour rester à Sherbrooke, tout racheter, pour tout abandonner ensuite. Non, c'est le moment ou jamais.

J'ai profité de cette fin de semaine pour réviser deux chapitres et pour me lancer dans la rédaction d’une scène clef que j’aivait sagement laissée de côté, après en avoir suprimé une version préléminaire parfaitement décevante. Il me tarde que la fin de semaine revienne pour m’y replonger. Tout cela me prend plus de temps que prévu, mais c’est davantage à cause du travail qui me demande la plus grande part de mon énergie. Au moins, cette charge de travail me donnera les fonds qui seront nécessaires à mon déménagement.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Je suis toujours là :)

Et ça fait plaisir à lire :)


Alex/P.