12/15/2006

La fin de Noël

J’étais heureux d’affirmer, à un ami Belge qui se reconnaîtra certainement, que le Québec n’avait pas de parti d’extrême droite.

Tout peut changer très vite.

Mario Dumont, le politicien du coin droit, éternel troisième dans une assemblée où il n’a pas sa place, qui multiplie les sorties démagogues pour se tenir la tête hors de l’eau, a franchi cet automne le fleuve qui sépare le ridicule du sordide.

L'invention n’est pas nouvelle: pour remonter sa cote sans se fatiguer, rien de tel que de taper à tors et à travers sur des minorités incapables de se défendre. Aussi, il avait ressorti un pseudo-scandale, celui des hommes qui ne pouvaient assister à des cours pré-nataux en présence de femmes musulmanes dans les CLSC de Montréal. Que l’affaire se soit résolue avant même qu’il n’en parle, au bénéfice, heureusement, des hommes injustement floués, n’allait certainement pas arrêter notre grande gueule nationale. Manquant visiblement d’autres exemples, il a prouvé qu’il ne connaissait rien à la justice en se méprenant sur le terme «accomodement raisonnable» — à moins que, à son habitude, utiliser des termes à tors et à travers n’éveille chez lui aucun scrupule.

Heureux de son petit effet (il est tout de même passé dans les journaux), le voilà qui récidive à l’occasion de la fermeture de la session parlementaire, appuyant cette fois à fond sur la pédale de l’auto carricature. Les vrais chefs des vrais partis ont osé souhaiter «Joyeuses Fêtes». Puisque la période comporte un certain nombre de célébrations, les plus officielles étant Noël, le Nouvel An et l’Épiphanie, sans parler des nombreuses fêtes privées, ça me paraissait parfaitement normal. Mais Mario, flairant le vide dans les média à l'aproche des fêtes (!) y a vu un complot afin de faire disparaître le terme «Noël», trop chrétien selon lui. Ainsi, nos politiciens se sont mis à plat ventre devant les hordes d'étrangers surgies de tous les horizons pour piétiner notre culture. Il sous-entend que le choix, normal, de la laïcité, a été fait au Québec afin de capituler plus vite devant l'intégrisme juif et musulman. Bref, au détours d’un voeux vide et naturel, Mario a découvert un complot.

Qu’il trouve écho dans les média, que les attachés politiques soient obligés de défendre leurs chefs de ses accusations débiles, est assez dramatique. Mais il semble bien que Mario a trouvé son public. Partout commencent à surgir les cris de rages de tous ces pauvres Québécois floués dans leurs droits parce que ci et à cause de ça. Il ne reste qu’à espérer que tous les nouveaux amis de Mario auront la bonne idée, comme les Nazis, d'utiliser des signes ostensibles de leur appartenance, afin qu’on les repère de loin et puisse les éviter.

Pourtant, la télé déborde de Noël, au point que les gens en font une dépression. Comme les autres, je cumule les heures suplémentaires afin de faire face à cette crise annuelle, qui vient nous ruiner juste avant la partie la plus creuse et la plus coûteuse de l'année. Et si, vraiment, nous devons renoncer comme le pense Monsieur Dumont au mot «Noël» pour adopter la célébration du solstice, ce ne sera pas plus mal: ce sera un retours à nos origines celtes, la seule qui uisse unir les différentes origines qui composent aujourd'hui ce que nous appelons, à tors, «les Québécois de souche».

Aucun commentaire: